La Sorgue

la SorgueLa Sorgue est un cours d’eau situé dans la partie sud-ouest du département de Vaucluse. « Il prend sa source » à la Fontaine de Vaucluse, court dans la vallée close (Vallis Clausa) pour rejoindre L’Isle-sur-la-Sorgue, puis s’écoule dans la plaine des Sorgues (secteur situé entre Avignon, Bédarrides et L’Isle-sur-la-Sorgue).

Une ressource intarissable

fontainegouffre.jpgLa Sorgue est le seul cours d’eau de la région méditerranéenne à bénéficier d’un débit important toute l’année : au plus fort de l’été, il continue de couler plusieurs milliers de litres par seconde alors que les autres rivières de la région sont pratiquement à sec.

Sa source, la Fontaine de Vaucluse, est une des plus importantes exsurgences du monde. Elle draine un immense réservoir calcaire de près de 1 200 km² sur 1 km d’épaisseur.

lislemotocross2mai2005.jpgL’Histoire de la Sorgue :

Il y a environ 20 000 ans, la plaine de la Sorgue constituait un delta marécageux très étendu où confluaient la Durance, l’Ouvèze, le Coulon/Calavon, la Sorgue, la Nesque et les affluents de l’adret du Mont Ventoux. Le tout franchissait ensuite le seuil de Vedène pour aller rejoindre le Rhône au Nord de l’emplacement actuel d’Avignon. Seuls fontainegouffredeversant24040848.jpgémergeaient de ce marécage quelques oppidums (Thouzon, Entraigues …) qui, avec les zones de piémont, ont été les premiers espaces colonisés et aménagés par l’homme.

A partir de l’époque gallo-romaine, les premiers aménagements ont été réalisés dans la plaine pour à la fois drainer ces zones marécageuses et répartir de façon optimale une ressource abondante en vue de son utilisation à des fins sanitaires, agricoles (irrigation) et, plus tard, industrielles. Ainsi, au siècle dernier, près de 150 établissements exploitaient l’énergie motrice fournie par la Sorgue.

seuil moulin vieux entraigues sur la sorgueCes aménagements ont abouti à la création d’un vaste maillage de plus de 500 km de cours d’eau, répartissant l’eau de la Fontaine de Vaucluse grâce à plus de 100 ouvrages hydrauliques, qui restent encore aujourd’hui essentiels au bon fonctionnement des Sorgues.

Une partie de l’eau de la Fontaine de Vaucluse a même été détournée en dehors du bassin versant de la Sorgue, grâce au Canal de Vaucluse. Edifié vers le Xème siècle pour alimenter la Cité Papale, cet ouvrage fait partie intégrante du réseau des Sorgues. Piqué sur la Grande Sorgue entre L’Isle sur la Sorgue et Châteeauauneuf de Gadagne, il s’écoule vers Vedène au Nord-Ouest, où il se divise en 2 branches : la branche de Sorgues qui rejoint Sorgues au Nord (où elle se jette dans l’Ouvèze) et la branche d’Avignon, à l’Ouest, qui se jette dans le Rhône.

Le réseau des Sorgues

Si la Sorgue s’arrêtait à l’Isle-sur-la-Sorgue, avant le le partage des eaux, on ne parlerait que de LA Sorgue et son fonctionnement serait alors très proche de celui des autres rivières.

 cliquez sur la pages pour l’agrandir

réseau des Sorgues

Mais, en Provence, une ressource aussi abondante que celle de la Fontaine-de-Vaucluse n’a cessé de « donner des idées » aux multiples générations qui ont occupé l’espace de la plaine des Sorgues depuis la période gallo-romaine.

La Sorgue a ainsi été aménagée au fil des siècles de façon à répartir les ressources en eau de façon optimale sur l’ensemble du territoire. Les hommes ont « forcé » l’eau à circuler dans des endroits où elle ne serait jamais allée naturellement grâce à une succession d’ouvrages hydrauliques (seuils, déversoirs, vannages) qui jalonnent le cours d’eau.

La présence de tous ces ouvrages a permis de transformer la rivière en un vaste réseau de cours d’eau de plus de 500 kilomètres. Ainsi, la Sorgue est devenue LES Sorgues, réseau hydrographique maillé comprenant une trentaine de bras aux noms différents : Sorgue de l’Isle, Sorgue de Velleron, Sorgue de Monclar, Sorgue de la Faible … Tous ces cours d’eau, à l’exception du Canal de Vaucluse, se rejoignent dans la partie aval de la plaine pour se rejeter dans l’Ouvèze à Bédarrides.

Des milieux remarquables

Cette rivière présente aujourd’hui une forte richesse écologique et paysagère. Elle abrite en son sein et sur ses berges des espèces rares, voire uniques en Provence.

De même, la végétation est exceptionnelle en région méditerranéenne : l’humidité constante fournie par la Sorgue permet la présence d’une forêt développée de frênes, d’aulnes et d’ormes, généralement typique du Nord de la Loire.

Pour plus d’info sur cette magnifique rivière, cliquez sur : www.La Sorgue.com

Source , site internet du syndicat mixte du bassin des Sorgues :

2 réponses à “La Sorgue”

  1. 6 01 2010
    Anonyme (14:52:34) :

    beau travail

  2. 21 01 2010
    Yoh (07:18:52) :

    Excellent tous ces articles !!

    Petite précision tout de même…
    La source de la Sorgue n’est pas à Fontaine mais c’est bel et bien la résurgence que l’on voit là-bas (c’est d’ailleurs cette résurgence qui donne son nom aux autres phénomènes de même type dans le monde (résurgence vauclusienne)
    Car en réalité, on ne connait pas vraiment la source de la sorgue on sait que c’est une rivière souterraine qui apparaît pour la première fois a vaucluso la font d’où le nom de résurgence !

    Excusez moi c’est mon passé d’habitant de Fontaine qui ressort… :-)
    Continuez ces articles de grande qualité c’est très instructif !
    merci.

Laisser un commentaire




unaape collège le chesnay |
Gérance des Résidences Hugo... |
Bed & Breakfast, accuei... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | K² Association de Bienfaiteurs
| blog2i
| Pour la Commanderie d'Arveyres